Canadian Spirit, nous voila.

Et bien non, ce matin je ne me réveille pas sur le doux son de « Two shoes », mais plutôt sur celui du vibreur de mon portable, c’est Fred qui m’appelle pour me dire  qu’il part de Béziers. Comme d’hab’, petit dej’, préparation du matos et a 9h00 « ding dong » Fred est la.Il amène avec lui son SX trail et son Giant Glory qu’il me prête pour la journée. Moi qui était partit pour rouler en rigide, je me retrouve avec un Glory, « good news » dirons nous.

9h30, on arrive au point de ralliement : le parking d’intermarché Gignac. On entre dans le magasin pour acheter le kit du parfait petit rider débile (Boisson qui donne des ailes, carambars, eau, Sandwich chimique …) et quand on ressort, le parking est envahit d’autres riders. Quelques poignées de main pour les présentations et on part pour le Bike Park de Ridekore. Il environ 10h quand on rencontre Moquette sous le hangar. On met nos protections, on charge les sacs de nourriture, on met les vélos sur la remorque (fabriquée maison mais de très bonne qualité) du camion et on décolle. Je tiendrais secret la route que nous prenons par respect pour le travail du staff de Ridekore. Si vous voulez rouler sur cette DH, rendez vous au park ou appelez les pour qu’il vous renseignent (c’est 2 euros par rider et par jour pour la descente et 80 euros pour que le staff vous fasse la navette avec leur camion et leur remorque, soit 8 riders au maximum plus leurs vélo).

Il est environ 11 heures quand on attaque la première descente, on commence par les reco’, Moquette nous montre tout les passages « chaud » de la DH. Cette DH fait environ 2 km et a été travaillée très proprement, il a des virages relevés partout et autant de gap, drop … dont plusieurs sont assez conséquents, dépassant les 2 mètres de haut ou nécessitant un bonne dose d’engagement, d’autres sont plus petits et sont faisables par une majorité de riders. Le plus gros étant un Road Gap mesurant 2 bon mètres de haut sur 4m50 de long. On entame donc la première descente en mode « papy », le haut de la DH étant très glissant, tant mieux, sa rajoute du piment a la chose. Je me trouve deux compagnons qui ont a peu près le même niveau que moi (Mike et Olive de vtt34) et on prend tout les sauts sauf le Drop avant le Road gap et le Road gap pour Mike. Ce gap est un vrai régal, on doit arriver dessus au taquet pour pouvoir le prendre, mais pas trop non plus pour ne pas finir après la recep’ derrière laquelle il a un relevé a prendre. Malgré cela, il est tellement bien shappé qu’il me parait bien plus sain que pas mal d’autres gaps plus petits que j’ai déjà pris.

Personnellement, je trouve la première descente assez malsaine, je n’y suis pas a l’aise. Arrivés en bas, le camion nous attend et nous remonte en haut, Il est environ 12h30, c’est l’heure de manger.

En début d’aprem, on entame donc la deuxième descente, et la tout change, ca deviens un pur bonheur, le fait de tout faire d’un coup révèle la vrai « beauté » de la piste, tout s’enchaine assez fluidement, c’est un RÉGAL. Mais le sol mouillé manque de faire tomber « JP »du mauvais coté de la grosse passerelle ou il a un ravin de 4 mètres de profondeur. « Heureusement » il tombe a droite ou le trou est beaucoup moins profond.

Pour la troisième et la quatrième descente, on passe en mode photo, s’arrêtant sur pas mal de passages pour faire des images. La descente s’enchaine de mieux en mieux, on assiste cependant a quelques autres chutes sans gravité heureusement.

Viens alors la cinquième descente, Nico nous annonce qu’on en fait encore deux seulement. On décide donc avec Mike et olive de partir en tête histoire de tout donner et d’envoyer la descente sans s’arrêter. Au niveau de la deuxième section, Mike passe devant, je le suis de près au moment ou on arrive sur le road gap, lui prend l’échappatoire et moi le Road. On se rejoins ainsi roue dans roue la ou la piste se reforme en une partie, un moment digne du passage de la A-line a Whistler dans ROAM. Et on se suit ainsi au tacquet jusqu’en bas. Le pilotage, quand on suit quelqu’un d’aussi près ressemble un peu a jeu vidéo, les sensations que cela procure sont vraiment indéfinissables. Arrivé en bas, on remonte pour la Der des Der.

La sixième est donc la dernière descente, il est environ 16 heure, comme pour celle d’avant, on forme notre groupe avec Mike et olive. Mike enclenche le Crono de sa montre et c’est parti. Je passe devant, la précipitation me fait rencontrer un arbre qui se baladait par la sur la section du haut, mike passe devant. Je repart olive sur mes talons. Arrivé au GR qui croise la piste, Mike me laisse repasser en tête. Cette partie est exceptionnelle, car elle est hyper fluide et ludique et le transfert qu’il y a dessus est vraiment terrible. On enchaine donc a bloc cette partie pour arriver sur la troisième partie. La, on perd olive, n’ayant pas d’anti deraillement, il perd beaucoup de temps a chaque fois, malgré sont niveau plus élever que Mike et moi.  Sur la Quatrième partie, c’est au tour de mike de partir a la faute en faisant une erreur de trajectoire. La course continue, je prend le Raod gap suivit quelques mètres plus loin de Mike puis Olive. Niveau pilotage, j’en garde un peu sous la pédale, mais mon niveau de concentration est au top, on négocie ainsi tout le reste de la piste a bloc. En bas, c’est la libération, je finis la piste en 5 minutes 20/25, Mike en 5 minutes 30 et Olive (qui a déraillé 5 fois quand même) en 5 minutes 35/40. On a la sensation d’avoir réalisé quelque chose, piloter sans s ‘arrêter et au top de sa concentration sur un telle piste libère des sensations énorme, LE PIED PUT*** !

Il est maintenant l’heure de rentré a la maison. On remonte et certains sont a la limite de leurs réserve, dommage, on en aurait bien refait 2 ou 3 hein Olive ! On prend la traditionnelle Photo de Groupe : on peut apercevoir Rodolphe (qui nous a rejoins a 12h30) sur la remorque et Moquette au centre du groupe a qui je dit un grand MERCI pour leurs accueil comme toujours chaleureux et surtout pour leur immense travail sur cette piste MAGNIFIQUE que malheureusement certains ne respectent pas.

On rentre au park, tout sourire sortis. Chacun reprend son spad, le démonte, enlève ses protec’ et après quelques minutes, il ne reste plus que Fred, Moquette, Denis (autres membre de Ridekore), Rodolphe et moi. On cause pendant un moment, puis, on prend la route du retour avec Fred. C’est sur, cette journée restera gravée dans nos têtes. Des superbes rencontres, une piste au TOP et un gros niveau de ride, a faire et refaire sans modération.

A la prochaine amis lecteurs.

Publicités

8 Réponses to “Canadian Spirit, nous voila.”

  1. Mike Says:

    nikel ce compte rendu phil 😉
    vivement la prochaine!!!!

  2. Trix (julien) Says:

    Beau compte rendu 🙂 Sa fait gardé en mémoire un bon moment…

    C’était ma premiere DH pour moi donc beaucoup de galérage 🙂 A bientôt peut être pour passé le road gap ensemble ^^ (d’ici quelques années ;))

    (et c’est pas Ptit ben qui est tombé mais JP)

  3. olive Says:

    très bon article mec,tu as super bien rédigé la journée,franchment fodrai qu’ont sen reffase une rapidement avec vous les mec!;):D

  4. okcbo Says:

    Bravo les gars !
    Et vivement que j’y retourne avec mon gros vélo.
    P’tête bien qu’on y roulera ensemble un de ces jours Phil, qui sait ?

    • pastards Says:

      Merci Okcberrecloth, ouais faudrais qu’on s’organise une sortie un de ces 4, pas forcement sur la DH, mais histoire de rouler ensemble quoi. On se demmerdera sur planete libre 😉 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :