Archive for the ‘Shoot'n'ride’ Category

Retour aux sources (et dieu que c’est bon) !

23 mars 2011

Salut a tous, alors voila, cela faisait un bon moment que je ne m’étais pas installé devant mon ordinateur pour vous raconter une de mes sorties. Aujourd’hui mes amis lecteurs, je suis de retour (bravo, bravo, vive lui … ).

Cette histoire commence (mais ne se finit pas par : ils vécurent heureux … et toutes ces conneries) lorsque je met des photos de VTT dans les ruffes (des photos de moi, par ce que sinon, bah c’est pas drôle) sur un tout nouveau topic de 26in : Le vrai topic du freeride. Enfin un topic qui colle a l’esprit : pas de prises de têtes, rouler pour soi et pour l’émerveillement des autres, prendre du plaisir et envoyer du gros. Ce qui colle tout a fait a ma vision de la discipline. Après avoir postés ces photos, Antoine alias « Tony l’Arsouille » me dit qu’il viendrait bien visiter le spot avec quelques potes et je propose donc comme guide pour cette expédition car les Ruffes sont un de mes spots préférés.

Après pas mal de blabla le RDV est fixé au Dimanche 20 Mars.

Je me lève donc ce Dimanche, après avoir passé une sale nuit (sa y est, je recommence a dire des choses inutiles) comme avant chaque grosse session de vélow. Et paf, je me rend compte que j’ai oublié d’acheter du jambon (bordel di diou), je fait donc un tour en ville histoire de m’approvisionner pour la journée. Vers 9h30, mon téléphone sonne : « on est arrivé », fun, je prend mon sac avec mes beaux sandwich (a prononcer a l’américaine), mon casque, mes genouillères et mes gants et je décolle pour le point de ralliement aux Rives du Lez. On se serre la main, on échanges quelques mots et puis décollage. Le but de la journée et de tourner une vidéo pour la promo de Cap vélo Istres et de Mtb Addicted, le sujet de la vidéo sera donc Quentin (Dirtyfifty), en tout nous sommes 6, autant abrutis les uns que les autres, sa promet.

Vers 10h30 on arrive sur le spot, on décharge tout le matos, puis on descend dans l’arène, les autres sont fous de découvrir cet endroit, ils sont unanimes : sa pète. On passe devant le Canyon Gap sans l’essayer, on y reviendra en fin de journée.

Je commence par les amener sur les lignes traditionnelles (l’endroit avec le petit dôme en pierre, le transfert et le mur), on commence a rouler (nous ne sommes que 3 a rouler, moi avec mon NS, Stephane avec son Bottle et Quentin avec son Supreme 8 ) pour se chauffer, les 3 autres sont la pour shooter et pour filmer. A base de gros Whip et de Table One Foot sur le transfert, je vois que ces mecs envoient bien le patté, va falloir que je me sorte les doigts du … (j’ai pas besoin de vous faire un dessin). Jusque vers midi on roulera la, variant les lignes et en ouvrant de nouvelles que je n’avait pas essayer (sur la colline a gauche et sur la face qui descend dans la rivière) avec déjà, la prévision de revenir pour shapper un gros drop quand on aura le temps.

L’heure de manger se fait entendre, il fait vraiment faim et soif quand on roule dans les ruffes, les journée sont hyper rincantes a cause du terrain qui n’aide pas les choses (chaleur et grosses pente glissantes).

Après avoir fait la pause manger, je les amènes derrière ce spot ou on trouve un autre canyon gap assez célèbre, qu’on pourrait plus qualifier de « fossé gap ». Une fois maitrisé on a le droit a un beau spectacle, Stephane lance un Suicide dessus et Quentin se permet un beau X-up tendu, magnifique ! Ne lançant pas de tricks et ayant ma dose de jump, je prend mon appareil et shoote les passages, bien sympa.

Ensuite direction la cascade pour faire des images, on dégotte une parois assez sympa qui descend bien et en 2 minutes de shappe c’est prêt a être roulé, on shoote et on change. Pendant qu’Antoine, Quentin et Seb font de l’image, on part a la recherche du 2eme canyon gap avec Valérian et Stephane. On découvre que dans ce coin il y a énormément de choses sympa a rouler, comme des enchainements de relevés dans des crevasses ou des lignes complètes agrémentées de petits kick bien ludique, bref, c’est le pied. Malheureusement, ce gap est introuvable, jusqu’à ce que d’autres riders qu’on avait croisés le matin, nous montre l’emplacement.

A première vue, sa parait malsain comme truc, on se cale bien en haut, on évalue la vitesse, on regarde, on mesure, on fait des passages a blanc et Quentin et le premier a s’y lancer, sa recep’ est parfaite, bien content, « sa déboite » me dit-il. L’ayant vu le passer, je me dit que c’est faisable, puis Austruy l’as lancé avec seulement 100 mm devant, la recep’ doit donc être largement acceptable avec mes 140 mm. Je refait plusieurs passages a blanc et « allé j’y vais ». Je remonte, expire un bon coup, donne deux/trois coups de pédale saute et … c’est dans la boite aussi, bien fun a rouler (et une bonne dose d’adrénaline). Je le relance une deuxième fois et me dit que sa suffit pour la journée. Stephane est le dernier a le lancer mais aussi le plus engagé, il lancera avec succès un One hand, un No hand dessus juste pour le style … Décidément, ils envoient bien, sacrement couillu cette affaire.

Après cette séance shoot, on reprend les affaires afin de se rendre sur le Canyon gap de Fred, a l’entrée des Ruffes. Il doit être environ 18h00 quand on y arrive, on commence par refaire la recep’ que j’avais trouée lors de mon premier essais (http://www.zapiks.fr/canyon-gap.html), je fait un passage a blanc et m’élance, sa passe tout seul, au deuxième essai, j’arrête de pédaler prématurément (je me demande encore pourquoi …) et je fait un trop court, heureusement, ma roue avant est passée au dessus, je chute sans gravité. Quentin se prépare a y aller, car la lumière baisse et il faut vite filmer avant que l’image ne soit dégueulasse. Il s’élance, mais la suspension de son Suprême s’affaisse dans l’appel et lorsqu’il saute, son vélo par en nose incontrôlable, sa roue avant se plante sur le mur de la reception et lui fait un gros Face plant dans la terre de la reception. Plus de peur que de mal heureusement (et pour vous dire que le choc a été violent, il a desserti son T de 66), il est un peu sonné et pataud, surtout qu’on a accumulé 5 a 6 heures de ride et de portage dans la journée. Moi je répare ma roue arrière qui est crevée, remonte vers la prise d’élan et m’élance sans prévenir personne, pour ne pas avoir de pression et sa repasse comme une lettre a la poste.

On décolle donc du spot après cette journée de folie, et on choisit un hôpital bien particulier pour que Quentin retrouve ses esprits : Le Mac Do. Comme on dit « après l’effort le réconfort », et dans ce cas on l’as bien mérités ! On fait le debriefing de la journée, on parle matos et ride  et c’est l’heure de rentrer. Ils me déposent a Montpellier et prennent la route de Istres, Marseille et Toulon (loin …).

Bref une journée au TOP (mais vraiment), j’ai vraiment pris mon pied a rouler avec eux, car étant d’un niveau supérieur au miens (j’ai quand même préserve mon exclusivité sur le Canyon Gap de l’entrée du spot … qu’on se le dise … héhéhé), cela m’as bien motivé pour tout casser et envoyer du gros. L’état d’esprit était au top, vraiment Freeride et non dans la mouvance Slope du moment … ce qui change et que j’apprécie, puisque le Freeride est ma discipline préférée. Bref je tiens a les remercier tous d’être venu, et on devrait se retrouver une prochaine fois a Ridekore.

Voila Un petit porto-folio Lifestyle pour conclure :

J’espère que ce CR vous a plus, que la « clio racing » de Fred et mon réveil en « two shoes » ne vous ont pas trop manqués. Merci d’avoir lu jusque la et si le cœur vous en dit, laissez un petit commentaire.

A+

Phil

Portrait #1 : Philippe Gustau

21 mars 2011

Salut a tous,

Il y a peu de temps j’ai été contacté par Mathias Garcia alias Hellomat de Planete libre afin de participer a la création du projet « Portrait ». C’est l’occasion de filmer des amateurs de l’hérault, qui font vivre nos disciplines, nous avons donc filmer pendant 3 jours, sur différents spots mes évolutions en VTT, et le résultat et plutot sympa ! Merci a toi Mat’ !

Plus d’infos ici : http://planetelibre.net/index.php?post/2011/03/12/Portrait-1%3A-Philippe-Gusteau

Sa sent le sable, la sueur et les cailloux !

22 septembre 2010

Salut mes chers lecteurs, la rentrée 2010 en temps qu’étudiant et de nombreuses chutes (un clou planté dans la main, un étalage en règles sur le goudron et un salto arrière raté entre autres) ont eu raison de ma passion depuis près d’un mois ! Mais je suis de retour avec un article un peu en retard je vous l’accorde, mais que j’avais envie d’écrire pour vous, fidèles lecteurs.

Tout débute un jour d’été (au mois d’Aout il me semble), avec Fred comme d’hab’ et le réveil bien moisi de mon téléphone (que j’ai changer entre temps, mais sa … on s’en fou).  Au départ, nous partons pour la Dh de Saint Saturnin que nous n’avons pas rouler depuis un bail. On arrive au parking, on monte les vélo, on s’échauffe sur le petit gap du parking et c’est partit.

Cette DH est constituée de 4 parties, séparées par un chemin de 4×4, prise en entière elle doit durer dans les 10 minutes. Pour commencer on ne prend que la partie du bas, qui part du parking. Nous la considérons comme la pièces maitresse de cette DH. Il s’agit d’un long single coupant a travers la garrigue, gorgé de caillou saillant, d’ornière profondes et de relevé naturel. un pur bonheur a prendre plein gaz, car, malgré les apparence, cette partie est la plus roulante du parcours. Les ligne droite sont longues mais une certaine dose de technique est demandée pour les prendre a bloc. Arrivé en bas il faut remonté, jusqu’au parking, puis jusqu’en haut (soit 30 a 45 minutes de remontée a pied, mais c’est faisable en vélo avec de bons mollets).

Arrivé en haut, on descend tout a bloc. La première partie commence par une grosse dalle rocheuse qui finie dans de la terre meuble bourrée de racine et de caillou. Une vraie horreur avec mon rigide, je me fait soulever dans tout les sens a chaque fois, mais bizarrement, j’arrive toujours a rétablir pour aller me posé dans le relevé en bas, le reste de cette partie est assez court, mais sympa a rouler (plutôt sinueux dans de la terre meuble et des arbres a tronc droit).

La deuxième partie est un peu plus aérienne, la terre deviens plus sèche mais reste sympa a rouler quand même, les cailloux se font de plus en plus présents et sa fourmille de drop (plutôt petit, jusqu’à 2 mètres de hauteur) et de petites passerelle, notons que des rider on reshapper certains passage dans un soucis de sécurité, et c’est plutôt réussi !

La troisième partie est surement la plus technique, avec des petits devers et de la pente raide par endroit, certains virages n’hésitent pas a vous éjecter si vous arrivez trop fort dedans aussi. De plus la terre y est vraiment sèche !

Bref, nous arrivons en bas en empruntant la 4e partie (décrite plus haut), on remonte et direction le mac do car il commence a faire faim !

L’aprem c’est direction Liausson, un petit spot doté de pas mal de passerelle et de bosse de dirt en terre. Le spot est constitué d’un ligne dirt très soft pour bine pouvoir débuter. Une ligne bien technique avec des bosses assez raides dont une a prend en leger transfert, il faut bine calculer sa vitesse.

De l’autre coté on trouve deux ligne plus orientée freeride. L’une commence par une grosse double de 4 mètres, suivi d’un gros relevé, puis d’un canyon gap pas bien méchant et d’un transfert assez fat et technique a prendre.

L’autre ligne commence par un série de double moins grosse mais quand même bine conséquentes, suivi d’un drop avec reception sur palette d’environ 2m de haut et de long. On enchaine sur une rampe très fine (30cm de large) qui envoie sur un petit step down, suivi d’une « table » en passerelle pour finir dans le (petit) goulet d’une rivière asséchée !

Le tout est vraiment plaisant a rider ! Il y a du potentiel de progression sur ce spot.

Pour finir, voila trois photos, la première est sur une des ligne de dirt, la deuxième est la grosse double de 4 mètres et sur la troisième, je whip au dessus d’une des « petites » double de la deuxième ligne Freeride.

Voila, j’espère que cette petite virée en ma compagnie vous aura fait plaisir, a bientot et roulez l’esprit tranquille, lifestyle quoi !

Freeride Edit !

9 mai 2010

Et voila, après 1 semaine de tournage et montage (et une rude bataille avec Windows movie maker), je vous présente ma vidéo qui résume ce début d’année ! Tout est filmé sur des spots que j’ai shapper ou privé, histoire de garder l’esprit 😉 !

Enjoy

http://www.zapiks.fr/hardtail-freeride-edit-print-1.html

The trail Goes Forever !

17 avril 2010

Il y a deux jours, on s’est fait une petite session sur un Trail Privé.

Vers 17 heures on arrive sur le spot, constitué d’une double (pas saine du tout a cause des intempéries de Mars), d’un gros relevé et de 3 tables (la dernière est pas terrible non plus), mais sa suffit largement pour s’amuser.

One Foot, One hand, Table top, Opposite … c’est clair, notre niveau n’est pas international, mais on s’en fou, tant qu’on s’amuse. Ce sont les petites sessions comme celles ci qui nous rappellent que le Vtt Alternatif, c’est tout un état d’esprit. Celui que nous aimons tous, qui fait que tout est cool, beau et rose a partir du moment ou on se tiens sur notre Vtt, prêt a en découdre avec ce que nous offre dame nature. Cet état d’esprit limite je m’en foutiste, ou déconnade et entraide sont de rigueur et ou on vibre rien qu’a l’idée d’aller rider, plein de liberté …

Auto prod. !

27 décembre 2009

Voila comme promis, une petite vidéo tournée le 26 décembre ! Malheureusement j’ai du arrêter a la moitié de la piste a cause de pluie. Ca manquera surement un peu d’engagement car je ne prenais pas beaucoup d’élan avant les prises (les joies de s’auto filmer) !

Enjoy (la vidéo ne veut pas s’afficher, je vous met donc le lien direct) : http://www.zapiks.fr/hey-rider–1.html

Carnage Prod. !

13 décembre 2009

Le vendredi soir, j’avais dit a Cristophe de venir a 14h30 le Samedi, mais sachant qu’il n’est pas très ponctuel, je prévoit plutôt 15h00 ! En effet, le Samedi, il arrive a 15h00 accompagné de son Berlingot rouge et de son Norco DH Team ! Je l’excuse quand même car il m’as apporté mon cintre Truvativ Holzfeller et ma potence Truvativ Hussefelt, l’apres midi commence bien ! On charge mon vélo dans le berlingot et direction le Terrain.

Pendant que je monte mon matos, Cris fait quelques passage sur les différents sauts pour s’y habituer, mais avant la double, le pédalier du Norco craque et envoi son genou directement dans la potence, il fera donc office de caméraman le temps de se reposé ! En attendant, Raph nous a rejoint avec sa caméra et commence a filmer. Puis ce fut a mon tour de mettre des images dans la boite.

Le soir, Cris m’envoi le montage, et sa donne sa :

Shoot’n’ride !

28 novembre 2009

(Phil) : Vendredi soir, je demande a une copine si elle est d’accord pour faire quelques photos sur le « secret spot », c’est ok, rendez vous le lendemain 13h00 !

Samedi 21 : On se rend sur le spot, après quelques passages et les réglage de l’appareil, on commence.

Et ca donne quelques photos sympa :