Archive for the ‘Sorties’ Category

Retour aux sources (et dieu que c’est bon) !

23 mars 2011

Salut a tous, alors voila, cela faisait un bon moment que je ne m’étais pas installé devant mon ordinateur pour vous raconter une de mes sorties. Aujourd’hui mes amis lecteurs, je suis de retour (bravo, bravo, vive lui … ).

Cette histoire commence (mais ne se finit pas par : ils vécurent heureux … et toutes ces conneries) lorsque je met des photos de VTT dans les ruffes (des photos de moi, par ce que sinon, bah c’est pas drôle) sur un tout nouveau topic de 26in : Le vrai topic du freeride. Enfin un topic qui colle a l’esprit : pas de prises de têtes, rouler pour soi et pour l’émerveillement des autres, prendre du plaisir et envoyer du gros. Ce qui colle tout a fait a ma vision de la discipline. Après avoir postés ces photos, Antoine alias « Tony l’Arsouille » me dit qu’il viendrait bien visiter le spot avec quelques potes et je propose donc comme guide pour cette expédition car les Ruffes sont un de mes spots préférés.

Après pas mal de blabla le RDV est fixé au Dimanche 20 Mars.

Je me lève donc ce Dimanche, après avoir passé une sale nuit (sa y est, je recommence a dire des choses inutiles) comme avant chaque grosse session de vélow. Et paf, je me rend compte que j’ai oublié d’acheter du jambon (bordel di diou), je fait donc un tour en ville histoire de m’approvisionner pour la journée. Vers 9h30, mon téléphone sonne : « on est arrivé », fun, je prend mon sac avec mes beaux sandwich (a prononcer a l’américaine), mon casque, mes genouillères et mes gants et je décolle pour le point de ralliement aux Rives du Lez. On se serre la main, on échanges quelques mots et puis décollage. Le but de la journée et de tourner une vidéo pour la promo de Cap vélo Istres et de Mtb Addicted, le sujet de la vidéo sera donc Quentin (Dirtyfifty), en tout nous sommes 6, autant abrutis les uns que les autres, sa promet.

Vers 10h30 on arrive sur le spot, on décharge tout le matos, puis on descend dans l’arène, les autres sont fous de découvrir cet endroit, ils sont unanimes : sa pète. On passe devant le Canyon Gap sans l’essayer, on y reviendra en fin de journée.

Je commence par les amener sur les lignes traditionnelles (l’endroit avec le petit dôme en pierre, le transfert et le mur), on commence a rouler (nous ne sommes que 3 a rouler, moi avec mon NS, Stephane avec son Bottle et Quentin avec son Supreme 8 ) pour se chauffer, les 3 autres sont la pour shooter et pour filmer. A base de gros Whip et de Table One Foot sur le transfert, je vois que ces mecs envoient bien le patté, va falloir que je me sorte les doigts du … (j’ai pas besoin de vous faire un dessin). Jusque vers midi on roulera la, variant les lignes et en ouvrant de nouvelles que je n’avait pas essayer (sur la colline a gauche et sur la face qui descend dans la rivière) avec déjà, la prévision de revenir pour shapper un gros drop quand on aura le temps.

L’heure de manger se fait entendre, il fait vraiment faim et soif quand on roule dans les ruffes, les journée sont hyper rincantes a cause du terrain qui n’aide pas les choses (chaleur et grosses pente glissantes).

Après avoir fait la pause manger, je les amènes derrière ce spot ou on trouve un autre canyon gap assez célèbre, qu’on pourrait plus qualifier de « fossé gap ». Une fois maitrisé on a le droit a un beau spectacle, Stephane lance un Suicide dessus et Quentin se permet un beau X-up tendu, magnifique ! Ne lançant pas de tricks et ayant ma dose de jump, je prend mon appareil et shoote les passages, bien sympa.

Ensuite direction la cascade pour faire des images, on dégotte une parois assez sympa qui descend bien et en 2 minutes de shappe c’est prêt a être roulé, on shoote et on change. Pendant qu’Antoine, Quentin et Seb font de l’image, on part a la recherche du 2eme canyon gap avec Valérian et Stephane. On découvre que dans ce coin il y a énormément de choses sympa a rouler, comme des enchainements de relevés dans des crevasses ou des lignes complètes agrémentées de petits kick bien ludique, bref, c’est le pied. Malheureusement, ce gap est introuvable, jusqu’à ce que d’autres riders qu’on avait croisés le matin, nous montre l’emplacement.

A première vue, sa parait malsain comme truc, on se cale bien en haut, on évalue la vitesse, on regarde, on mesure, on fait des passages a blanc et Quentin et le premier a s’y lancer, sa recep’ est parfaite, bien content, « sa déboite » me dit-il. L’ayant vu le passer, je me dit que c’est faisable, puis Austruy l’as lancé avec seulement 100 mm devant, la recep’ doit donc être largement acceptable avec mes 140 mm. Je refait plusieurs passages a blanc et « allé j’y vais ». Je remonte, expire un bon coup, donne deux/trois coups de pédale saute et … c’est dans la boite aussi, bien fun a rouler (et une bonne dose d’adrénaline). Je le relance une deuxième fois et me dit que sa suffit pour la journée. Stephane est le dernier a le lancer mais aussi le plus engagé, il lancera avec succès un One hand, un No hand dessus juste pour le style … Décidément, ils envoient bien, sacrement couillu cette affaire.

Après cette séance shoot, on reprend les affaires afin de se rendre sur le Canyon gap de Fred, a l’entrée des Ruffes. Il doit être environ 18h00 quand on y arrive, on commence par refaire la recep’ que j’avais trouée lors de mon premier essais (http://www.zapiks.fr/canyon-gap.html), je fait un passage a blanc et m’élance, sa passe tout seul, au deuxième essai, j’arrête de pédaler prématurément (je me demande encore pourquoi …) et je fait un trop court, heureusement, ma roue avant est passée au dessus, je chute sans gravité. Quentin se prépare a y aller, car la lumière baisse et il faut vite filmer avant que l’image ne soit dégueulasse. Il s’élance, mais la suspension de son Suprême s’affaisse dans l’appel et lorsqu’il saute, son vélo par en nose incontrôlable, sa roue avant se plante sur le mur de la reception et lui fait un gros Face plant dans la terre de la reception. Plus de peur que de mal heureusement (et pour vous dire que le choc a été violent, il a desserti son T de 66), il est un peu sonné et pataud, surtout qu’on a accumulé 5 a 6 heures de ride et de portage dans la journée. Moi je répare ma roue arrière qui est crevée, remonte vers la prise d’élan et m’élance sans prévenir personne, pour ne pas avoir de pression et sa repasse comme une lettre a la poste.

On décolle donc du spot après cette journée de folie, et on choisit un hôpital bien particulier pour que Quentin retrouve ses esprits : Le Mac Do. Comme on dit « après l’effort le réconfort », et dans ce cas on l’as bien mérités ! On fait le debriefing de la journée, on parle matos et ride  et c’est l’heure de rentrer. Ils me déposent a Montpellier et prennent la route de Istres, Marseille et Toulon (loin …).

Bref une journée au TOP (mais vraiment), j’ai vraiment pris mon pied a rouler avec eux, car étant d’un niveau supérieur au miens (j’ai quand même préserve mon exclusivité sur le Canyon Gap de l’entrée du spot … qu’on se le dise … héhéhé), cela m’as bien motivé pour tout casser et envoyer du gros. L’état d’esprit était au top, vraiment Freeride et non dans la mouvance Slope du moment … ce qui change et que j’apprécie, puisque le Freeride est ma discipline préférée. Bref je tiens a les remercier tous d’être venu, et on devrait se retrouver une prochaine fois a Ridekore.

Voila Un petit porto-folio Lifestyle pour conclure :

J’espère que ce CR vous a plus, que la « clio racing » de Fred et mon réveil en « two shoes » ne vous ont pas trop manqués. Merci d’avoir lu jusque la et si le cœur vous en dit, laissez un petit commentaire.

A+

Phil

Publicités

Sa sent le sable, la sueur et les cailloux !

22 septembre 2010

Salut mes chers lecteurs, la rentrée 2010 en temps qu’étudiant et de nombreuses chutes (un clou planté dans la main, un étalage en règles sur le goudron et un salto arrière raté entre autres) ont eu raison de ma passion depuis près d’un mois ! Mais je suis de retour avec un article un peu en retard je vous l’accorde, mais que j’avais envie d’écrire pour vous, fidèles lecteurs.

Tout débute un jour d’été (au mois d’Aout il me semble), avec Fred comme d’hab’ et le réveil bien moisi de mon téléphone (que j’ai changer entre temps, mais sa … on s’en fou).  Au départ, nous partons pour la Dh de Saint Saturnin que nous n’avons pas rouler depuis un bail. On arrive au parking, on monte les vélo, on s’échauffe sur le petit gap du parking et c’est partit.

Cette DH est constituée de 4 parties, séparées par un chemin de 4×4, prise en entière elle doit durer dans les 10 minutes. Pour commencer on ne prend que la partie du bas, qui part du parking. Nous la considérons comme la pièces maitresse de cette DH. Il s’agit d’un long single coupant a travers la garrigue, gorgé de caillou saillant, d’ornière profondes et de relevé naturel. un pur bonheur a prendre plein gaz, car, malgré les apparence, cette partie est la plus roulante du parcours. Les ligne droite sont longues mais une certaine dose de technique est demandée pour les prendre a bloc. Arrivé en bas il faut remonté, jusqu’au parking, puis jusqu’en haut (soit 30 a 45 minutes de remontée a pied, mais c’est faisable en vélo avec de bons mollets).

Arrivé en haut, on descend tout a bloc. La première partie commence par une grosse dalle rocheuse qui finie dans de la terre meuble bourrée de racine et de caillou. Une vraie horreur avec mon rigide, je me fait soulever dans tout les sens a chaque fois, mais bizarrement, j’arrive toujours a rétablir pour aller me posé dans le relevé en bas, le reste de cette partie est assez court, mais sympa a rouler (plutôt sinueux dans de la terre meuble et des arbres a tronc droit).

La deuxième partie est un peu plus aérienne, la terre deviens plus sèche mais reste sympa a rouler quand même, les cailloux se font de plus en plus présents et sa fourmille de drop (plutôt petit, jusqu’à 2 mètres de hauteur) et de petites passerelle, notons que des rider on reshapper certains passage dans un soucis de sécurité, et c’est plutôt réussi !

La troisième partie est surement la plus technique, avec des petits devers et de la pente raide par endroit, certains virages n’hésitent pas a vous éjecter si vous arrivez trop fort dedans aussi. De plus la terre y est vraiment sèche !

Bref, nous arrivons en bas en empruntant la 4e partie (décrite plus haut), on remonte et direction le mac do car il commence a faire faim !

L’aprem c’est direction Liausson, un petit spot doté de pas mal de passerelle et de bosse de dirt en terre. Le spot est constitué d’un ligne dirt très soft pour bine pouvoir débuter. Une ligne bien technique avec des bosses assez raides dont une a prend en leger transfert, il faut bine calculer sa vitesse.

De l’autre coté on trouve deux ligne plus orientée freeride. L’une commence par une grosse double de 4 mètres, suivi d’un gros relevé, puis d’un canyon gap pas bien méchant et d’un transfert assez fat et technique a prendre.

L’autre ligne commence par un série de double moins grosse mais quand même bine conséquentes, suivi d’un drop avec reception sur palette d’environ 2m de haut et de long. On enchaine sur une rampe très fine (30cm de large) qui envoie sur un petit step down, suivi d’une « table » en passerelle pour finir dans le (petit) goulet d’une rivière asséchée !

Le tout est vraiment plaisant a rider ! Il y a du potentiel de progression sur ce spot.

Pour finir, voila trois photos, la première est sur une des ligne de dirt, la deuxième est la grosse double de 4 mètres et sur la troisième, je whip au dessus d’une des « petites » double de la deuxième ligne Freeride.

Voila, j’espère que cette petite virée en ma compagnie vous aura fait plaisir, a bientot et roulez l’esprit tranquille, lifestyle quoi !

Fise 2010, Here we come !

18 mai 2010

Salut a tous,

Après le succès rencontré a la JAM que j’avais organisé l’année dernière pour le FISE (12 riders présents), je me suis mis en tête de le refaire cette année, avec pour objectif : 20 riders.J’ai organisé cela surtout pour le coté humain a vrai dire, car ca fait toujours plaisir de rencontrer des gens qui vivent dans le même monde que toi. Aussi pour le coté sportif, car rouler en groupe t’oblige a te dépasser pour rouler toujours plus engagé que les autres, mais le but n’était pas la.

C’est donc a 8h15 que je me lève, ce jeudi 13 Mai, pour une journée de fou furieux. Cette fois je ne me réveille pas sur le doux son de « Two Shoes » car j’ai casser mon portable (mais sa, on s’en fou) … Bref, comme d’hab’, je me lève (a la bourre), prépare le matos, me fait un petit sandwich histoire d’être frais et dispo’ puis j’embarque mon Nakamura dans la Clito Racing de Fred qui m’attend. Il est 9h15.

Départ pour Montpellier, on roule au rythme de Fred (vite quoi), on se régale un coup sur la route d’Aumelas pour arriver a Grammont a 10 heure moins le quart. De la, on monte les spads et on descend sur la Comédie (le Rendez vous est donné a 10h devant le Gaumont) par la piste cyclable.

La majorité des riders sont déjà la, l’ambiance est détendu, les mecs sont cool et après quelques poignées de mains, je fait le compte. Nous sommes 19 (harg, pourquoi moi ?). J’avais annoncé un départ pour 10h30, histoire d’attendre les retardataire et finalement 4 ou 5 riders arrivent en renfort. Mon objectif de 20 riders est atteint, la journée commence bien !

Départ en grande pompe pour toute notre équipe, CA VA CHIER !

Premier arrêt : le stair gap de l’hotel Ibis. Celui la on se le fait a chaque sortie a Montpellier, niveau mensuration, sa doit donner du 1 mètre de haut pour 2 mètres 50 de long, pas très gros, mais sa reste un stair gap et sa tape, surtout avec mon rigide !

Après le Stair gap, j’essaye de varier et de passer sur quelque chose de moins Freeride, les    riders de Montpel’ me propose un petit step up qui envoie sur un passerelle bien glissante et étroite avec une belle barrière a déguster si l’on s’égare en l’air. La beaucoup plus de monde répond présent et c’est un véritable festival, chacun y vas de son niveau : One foot, table, 180′ … c’est sympathique.

Après un bon nombre de passages, on se dirige vers le FISE, et la c’est un régal, slalomer entre les gens a pied procure de bonnes sensations, c’est vraiment top. Au passage, on s’arrête a l’arrêt de Tram « place d’Europe » ou il a y quelques marche et un drop a plat … pour enfin arriver aux berges du Lez. On monte la berge en face de la passerelle (pédale, pédale, pédale et hop, bunny up, pfiou c’était chaud …), ce qui nous offre un bon drop, avec un recep’ bien pentue comme il faut et la place pour nous arrêter. A tour de rôle on s’élance, le but étant bien sur d’arriver le plus loin possible sans pour autant atterrir a plat, ce qui serait synonyme de passage par la case « Hopital ».

On me dit que je remporte la palme a ce jeu, en passant a environ 1 mètres de la fin de la pente, je l’échappe belle et recommence, un peu moins fort cette fois ci.

Une fois ce spot usé, on va voir ce que les trainings donnent en MTB amateur, on croise Stips de 26in qui participe a la compet’ et puis, bah comme on a faim on retourne a la Com’ pour une repas copieux. Ceux qui ont pris a manger vont nous attendre au Stair gap du matin et nous, bah on va au Mac do ou chercher des Pain américain (hum de la bonne bouffe pour riders affamés). Par je ne sais quelle action du saint esprit, mon vélo se retrouve a la poubelle pendant qu’on commande. En même temps, avec ce qu’il a pris dans la tronche le matin, il a bien le droit de manifester un peu.

Une fois cet incident clos, on va rejoindre les autres avec notre « collation » et on mange, le tout dans une super ambiance, je suis vraiment content de cette matinée, l’après midi sera un peu plus mitigée.

L’après midi commence par la séparation du groupe, certains vont rider a Grammont, les autres veulent aller faire de la DH sur une piste situé a 30 minutes de notre endroit. J’arrive a en retenir plus de la moitié, je les avais prévenu que la journée serait dure en tout suspendu, le but est de rester ensemble. Avec les quelques derniers résistants, on va au FISE assister au Best Tricks et au premier run des qualifs amateurs. Sur le chemin, on se lance dans la descente d’un escalator en marche, et je peut vous dire que sa fait bizarre, quand les autre ont 200 mm de débattement, sa passe, mais quand toi t’as rien bah ca tape dur. Bilan, un pneu crevé, un rider perdu et un câble de dérailleur cassé. On s’arrête donc pour réparer ce qui est réparable, on retrouve Fred et on repart pour le FISE. Puis on se cale devant la Dirt pour regarder le best Tricks. Le best Tricks c’est sympa, et sa envoie :

Après avoir encouragé le rider « made in Ridekore » Lazare Costa qui nous offre de beaux 3.6s, flips, un Superman Seat Grab bien tendu malheureusement pas replaqué et un gros condor sur le Road gap (félicitations a lui pour sa 10e place au passage), on repart en longeant les berges du lez pour trouver un petit trail bien sympathique constitué de 3 doubles et d’un drop. L’eau a pris ses droits dans les compressions, mais il en faut plus pour nous arrêter, on se régale donc avec les riders Montpellierains revenu de Grammont. Quelques one foot, table top, whip, no foot … plus tard, viens l’heure des séparations.

On retrouve ensuite les membres de notre team au FISE, mais eux aussi s’en vont a cause de la pluie. Après avoir regardé Granieri, Pilgrim et d’autres s’entrainer après les qualifs on se sépare d’Olivier, seul résistant a notre cause.

Moi et Fred remontons a Grammont sous la pluie, on arrive  a la voiture, on démonte les vélos, et on décolle en souhaitant une bonne nuit au FISE après une journée bien sympathique.

Au final, je suis vraiment content de cette journée, surtout du matin. J’ai atteint mon objectif de 20 riders et ca c’est top. On a bien rider, on s’est fait de nouveaux potes et on a renforcé nos liens avec ceux qu’on connaissait déjà.

A l’année prochaine pour une nouvelle JAM ou, si les conditions me le permettent, ma première participation au FISE en amateur.

A bientot amis lecteurs !

Canadian Spirit, nous voila.

21 mars 2010

Et bien non, ce matin je ne me réveille pas sur le doux son de « Two shoes », mais plutôt sur celui du vibreur de mon portable, c’est Fred qui m’appelle pour me dire  qu’il part de Béziers. Comme d’hab’, petit dej’, préparation du matos et a 9h00 « ding dong » Fred est la.Il amène avec lui son SX trail et son Giant Glory qu’il me prête pour la journée. Moi qui était partit pour rouler en rigide, je me retrouve avec un Glory, « good news » dirons nous.

9h30, on arrive au point de ralliement : le parking d’intermarché Gignac. On entre dans le magasin pour acheter le kit du parfait petit rider débile (Boisson qui donne des ailes, carambars, eau, Sandwich chimique …) et quand on ressort, le parking est envahit d’autres riders. Quelques poignées de main pour les présentations et on part pour le Bike Park de Ridekore. Il environ 10h quand on rencontre Moquette sous le hangar. On met nos protections, on charge les sacs de nourriture, on met les vélos sur la remorque (fabriquée maison mais de très bonne qualité) du camion et on décolle. Je tiendrais secret la route que nous prenons par respect pour le travail du staff de Ridekore. Si vous voulez rouler sur cette DH, rendez vous au park ou appelez les pour qu’il vous renseignent (c’est 2 euros par rider et par jour pour la descente et 80 euros pour que le staff vous fasse la navette avec leur camion et leur remorque, soit 8 riders au maximum plus leurs vélo).

Il est environ 11 heures quand on attaque la première descente, on commence par les reco’, Moquette nous montre tout les passages « chaud » de la DH. Cette DH fait environ 2 km et a été travaillée très proprement, il a des virages relevés partout et autant de gap, drop … dont plusieurs sont assez conséquents, dépassant les 2 mètres de haut ou nécessitant un bonne dose d’engagement, d’autres sont plus petits et sont faisables par une majorité de riders. Le plus gros étant un Road Gap mesurant 2 bon mètres de haut sur 4m50 de long. On entame donc la première descente en mode « papy », le haut de la DH étant très glissant, tant mieux, sa rajoute du piment a la chose. Je me trouve deux compagnons qui ont a peu près le même niveau que moi (Mike et Olive de vtt34) et on prend tout les sauts sauf le Drop avant le Road gap et le Road gap pour Mike. Ce gap est un vrai régal, on doit arriver dessus au taquet pour pouvoir le prendre, mais pas trop non plus pour ne pas finir après la recep’ derrière laquelle il a un relevé a prendre. Malgré cela, il est tellement bien shappé qu’il me parait bien plus sain que pas mal d’autres gaps plus petits que j’ai déjà pris.

Personnellement, je trouve la première descente assez malsaine, je n’y suis pas a l’aise. Arrivés en bas, le camion nous attend et nous remonte en haut, Il est environ 12h30, c’est l’heure de manger.

En début d’aprem, on entame donc la deuxième descente, et la tout change, ca deviens un pur bonheur, le fait de tout faire d’un coup révèle la vrai « beauté » de la piste, tout s’enchaine assez fluidement, c’est un RÉGAL. Mais le sol mouillé manque de faire tomber « JP »du mauvais coté de la grosse passerelle ou il a un ravin de 4 mètres de profondeur. « Heureusement » il tombe a droite ou le trou est beaucoup moins profond.

Pour la troisième et la quatrième descente, on passe en mode photo, s’arrêtant sur pas mal de passages pour faire des images. La descente s’enchaine de mieux en mieux, on assiste cependant a quelques autres chutes sans gravité heureusement.

Viens alors la cinquième descente, Nico nous annonce qu’on en fait encore deux seulement. On décide donc avec Mike et olive de partir en tête histoire de tout donner et d’envoyer la descente sans s’arrêter. Au niveau de la deuxième section, Mike passe devant, je le suis de près au moment ou on arrive sur le road gap, lui prend l’échappatoire et moi le Road. On se rejoins ainsi roue dans roue la ou la piste se reforme en une partie, un moment digne du passage de la A-line a Whistler dans ROAM. Et on se suit ainsi au tacquet jusqu’en bas. Le pilotage, quand on suit quelqu’un d’aussi près ressemble un peu a jeu vidéo, les sensations que cela procure sont vraiment indéfinissables. Arrivé en bas, on remonte pour la Der des Der.

La sixième est donc la dernière descente, il est environ 16 heure, comme pour celle d’avant, on forme notre groupe avec Mike et olive. Mike enclenche le Crono de sa montre et c’est parti. Je passe devant, la précipitation me fait rencontrer un arbre qui se baladait par la sur la section du haut, mike passe devant. Je repart olive sur mes talons. Arrivé au GR qui croise la piste, Mike me laisse repasser en tête. Cette partie est exceptionnelle, car elle est hyper fluide et ludique et le transfert qu’il y a dessus est vraiment terrible. On enchaine donc a bloc cette partie pour arriver sur la troisième partie. La, on perd olive, n’ayant pas d’anti deraillement, il perd beaucoup de temps a chaque fois, malgré sont niveau plus élever que Mike et moi.  Sur la Quatrième partie, c’est au tour de mike de partir a la faute en faisant une erreur de trajectoire. La course continue, je prend le Raod gap suivit quelques mètres plus loin de Mike puis Olive. Niveau pilotage, j’en garde un peu sous la pédale, mais mon niveau de concentration est au top, on négocie ainsi tout le reste de la piste a bloc. En bas, c’est la libération, je finis la piste en 5 minutes 20/25, Mike en 5 minutes 30 et Olive (qui a déraillé 5 fois quand même) en 5 minutes 35/40. On a la sensation d’avoir réalisé quelque chose, piloter sans s ‘arrêter et au top de sa concentration sur un telle piste libère des sensations énorme, LE PIED PUT*** !

Il est maintenant l’heure de rentré a la maison. On remonte et certains sont a la limite de leurs réserve, dommage, on en aurait bien refait 2 ou 3 hein Olive ! On prend la traditionnelle Photo de Groupe : on peut apercevoir Rodolphe (qui nous a rejoins a 12h30) sur la remorque et Moquette au centre du groupe a qui je dit un grand MERCI pour leurs accueil comme toujours chaleureux et surtout pour leur immense travail sur cette piste MAGNIFIQUE que malheureusement certains ne respectent pas.

On rentre au park, tout sourire sortis. Chacun reprend son spad, le démonte, enlève ses protec’ et après quelques minutes, il ne reste plus que Fred, Moquette, Denis (autres membre de Ridekore), Rodolphe et moi. On cause pendant un moment, puis, on prend la route du retour avec Fred. C’est sur, cette journée restera gravée dans nos têtes. Des superbes rencontres, une piste au TOP et un gros niveau de ride, a faire et refaire sans modération.

A la prochaine amis lecteurs.

Fise 2010

16 mars 2010

Salut a tous amis lecteurs (lectrices), cette année, pour la 3ième fois consécutive, le MTB slopstyle reviens au FISE de Montpellier, LA manifestation pour les amoureux de sport de glisse a ne manquer sous aucun prétexte.

Cette année encore, Pierre Edouard Ferry se colle au tracé, nous sommes a environ 2 mois de l’event et les premiers plans et plateau nous ont été révélés … a ma grande déception. On peut le dire, le parcours de l’année dernière était FAT, mais manquait tout simplement de fluidité, ainsi que d’un départ honorable pour les amateur (avouez que partir a plat n’as rien de bien excitant).

Voici ce que nous révèle 26in :
« J-2 mois pour le FISE de Montpellier, le plus gros slopestyle urbain avance à pas de géant. Pour l’heure, il s’agit d’avoir quelques infos essentielles :

Comme vous le savez tous, le FISE de Montpellier en est à sa 14° édition, et le slopestyle y est organisé depuis 3 ans. Pour la deuxième fois consécutive, c’est Pierre Edouard Ferry qui prend les commandes du tracé, participant à son élaboration de A à Z, du crayon gris pour dessiner les plans, à la visseuse pour monter les modules. PEF s’est investi à fond pour 2010 ! Il nous promet un parcours reprenant les bases de 2009, amélioré, fluidifié, et toujours plus spectaculaire.

Le drop du pont et le road gap, toujours d’actualité, seront encore plus impressionnant, et le reste du parcours n’aura rien à envier, nécessitant engagement, technique, amplitude et style. Le slopestyle du FISE 2010 promet de marquer les esprits ; les riders devront vraiment faire preuve de polyvalence pour accrocher les finales.

Au niveau de la compétition, on trouvera 2 catégories : pro et expert, c’est-à-dire les riders suffisamment expérimentés pour s’aligner sur un parcours exigeant, mais ne pouvant pas se mesurer aux pointures internationales. Les experts auront un départ spécial, depuis la réception du 1° step up, le drop du pont demandant une prise de risque trop importante.

Un prize money de 6000€ et beaucoup de matos sont en jeux !

Au niveau inscriptions (préinscriptions recommandées) ce sera 48€ pour les pro et 24€ pour les expert en préinscription, 55€ et 30€ sur place. »

Pas très convaincant pour moi, seulement la partie haute du parcours change, et personnellement, cela me déçoit un peu (beaucoup), mais bon, on ne peut rien y changer.

L’année dernière, j’ai aussi organisé un rassemblement de rider, histoire d’aller rouler dans les rues de Montpellier en Fr Urbain et en street ac plusieurs types de spad (rigide, drit/street et tout suspendu). J’ai réussi a avoir une douzaine de rider présent (pour 25 prévus) et cela fut fort sympathique (partant du principe qu’on ne se connaissais pas) plus au niveau humain que sportif, mais l’important n’était pas la. Cette année, j’aimerais ré éditer l’évènement, je vous invite donc a commenter si l’envie vous prend de nous rejoindre pour une journée de riding fun le samedi 25 Avril. Voici le lien de l’évènement sur Facebook : http://www.facebook.com/home.php?ref=home#!/event.php?eid=401495538202&ref=mf

Sur ce, je vous laisse, a la prochaine !

Et on y retourne … encore !

26 février 2010

Jeudi 18 : Réveil a 8h30, Fred part de Béziers avec Nico et me rejoigne a 9h30, on charge le matos dans la Clio racing et gaz vers les Ruffes. Après plusieurs jours de pluie et de vent, le ciel est bleu, le soleil perse et le vent est quasi nul, une grosse matinée s’annonce. On arrive vers 10h30, le parking est vide, frein a main … Ouverture du coffre et la comme par magie nous attendent un Giant Glory, un Sx Trail et un Solid Mission. On pousse « Two Shoes » a fond sur le poste, on monte les vélos, on s’habille et c’est la descente aux enfers.

Comme d’habitude, échauffement sur la première ligne a l’entrée du spot, un peu de pente, un transfert, quelque drop éparpillés ! Mais aujourd’hui, le canyon gap que l’on avait remarqué depuis la première sortie me fait de l’oeil, malgrés un Glory entre les pattes je ne le sens pas. Après quelques essais a blanc : « putain Fred je le sens vraiment pas celui la … Ho et puis merde » je me lance et sa passe « the finger in the nose », une bonne chose de faite !

Et on change d’endroit en passant par le mythique (pour nous) 2/70 qui, prit avec le glory est un régal :

On se dirige donc vers le Dome en pierre et son grand mur pour aller tater de la ligne un peu plus grosse. La, Nico décide de lacher les Watts et on invite Fred a en faire autant, va on enfin réussir a lui faire poser son cerveau aujourd’hui. La réponse est OUI, prenant de plus en plus de vitesse, on arrive tous a tranformer une mini cassure en un Drop de 2 m.

Après plusieurs passage, Fred et Nico gagnent en engagement, ensuite on monte en haut du mur pour la séance vitesse, on suit le sentier jusqu’en haut et on s’envoi la ligne, Pour la première vrai séance de Freeride de Nico il s’y lance sans hésitations, ca fait plaisir a voir. Ensuite viens le tour du Gros transfert a Droite, « je m’y colle » !

Cette ligne est sympathique car on part de sous un gros rocher avec un peu de pente, on descend directement sur un petit drop qui envoie sur une compression puis on doit pomper dasn un trou pour s’envoler sur l’appel raide du transfert. Si on s’y prend bien, y a moyen de prendre un gros vol.

On notera aussi une belle chute de Nico qui a du esquiver mon Sac qui se promenait par la, un bel OTB au ralentit comme on les aime ! Une fois ces lignes faites et refaites on se dirige vers le Nord. Pour cela, on contourne le grand mur et on redescend derrière en prenant des lignes inconnue ou on doit bein regarder partout pour trouver le bon passage, avec en bas, un magnifique coucher sur le coté de Fred. La on suit le cour de la rivière pour remonter un peu par la route et enfin arriver au dernier spot de la journée, il est 13h00.

Celui ci comprend plusieurs drop plus ou moins engagés. quelques tours déchauffement comme d’hab’ et Fred décide enfin de chercher un drop. Je lui ouvre la trace, après plusieurs minutes d’attentes il décide de se lancer, sa passe sans problème, bien jouer ! Nico, complètement KO car il n’as pas déjeuné le matin se charge des photos.

Enfin, l’heure de rentré arrive et soudain je suis pris d’une envie débile :  « Tiens j’aimerais bien me faire un 3m avant de partir ». Du coup, je pars a la recherche d’un drop de 3 mètres et du même coup d’un nouvel objectif personnel. Je le trouve pas très loin, l’appel est assez dégagé et la reception conviendra. J’appel Fred et Nico qui rapplique avec l’appareil photo. On fait le test de mise au point, je regarde bien le drop et vais prendre mon élan. Je débranche le cerveau et une « boule » de peur se loge dans mon ventre, deux petits coups de pédale et le vélo décolle, a la reception je sens que j’atterris sur l’avant, ma roue avant ripe, va se planter dans un petit tas de cailloux et je suis éjecté du vélo. Plus de peur que de mal heureusement. Du coup je remonte, plus hésitant qu’au premier coup après cette chute, je me lance quand même et cette fois ci sa passe bien, je suis vraiment content de l’avoir fait.

Après ce festival de Chute, de Drop, de passage technique et de séance de pédalage c’est l’heure de rentré et d’aller manger. On rassemble les affaires, l’appareil retourne dans sa pochette et on retourne au parking. On démonte les vélo et Fred et Nico me ramène chez moi, j’ai une demi heure pour manger et me doucher avant d’aller faire 2 heures de condute avec l’auto école. Dommage, je les aurais bien accompagnés au Mac Do. Mais aujourd’hui, nos chemins se séparent ici.

En bref, une superbe session de Freeride, comme d’habitude en fait !

A la prochaine.

Terre rouge … Quand tu nous tiens !

19 février 2010

Et nous voila repartis pour des folles aventures, cela faisait longtemps que je n’avais pas laissé mes doigt s’exprimer sur mon clavier, mais cette fois c’est la bonne, accrochez vos ceintures, décollage imminent !

Dimanche 14 février, il est 8h45 et comme pour chaque session, je me réveille sur le doux son de « Two Shoes » histoire de me motiver un peu ! Je prend un petit dej’ consistant histoire ne pas mourir de faim après trois sauts, puis je prépare mes affaires, prend mon casque et monte dans la Clio Racing de Fred et on part pour une journée bien bête (comme tous les jours me direz vous …) !

Vers 10h00, welcome to paradise, a chaque fois que l’on arrive a cet endroit, c’est toujours sur excité et le smile au visage que l’on monte les vélo pour finalement se diriger vers le spot ! Aujourd’hui, on a rendez vous avec quelques membres de Vtt 34, on les retrouve en train de prendre des vidéo et de faire des photos sur la portion ou se trouve le grand mur, le dome en pierre et le fat transfert, un des endroit les plus connus des Ruffes ou tout le monde peut rouler sans se mettre la pression ! Après quelques échange on part s’échauffer avec Fred !

Transfert

Après sa, direction l’autre coté, on passe avant par le drop qui donne sur une recep qui d’un coté plonge raide et d’autre l’autre donne dans de joyeux arbres, un de nos compagnons se fera d’ailleurs un plaisir d’aller embrasser ces dernier !

Après quelques photos on se dirige derrière le mur histoire de faire mumuse sur des drop bien ludique !

Enfin, on nous emmene sur un canyon gap que les autres ont repéré le matin, j’accepte le défi, quelques éssais a blanc, prise d’élan, prière pour qu’il n’y est pas une rafale de vent au moment ou je saute, je me lance et sa passe, une bonne chose de faite pour cette matinée !

I bilieve I can fly !

Pendant ce temps, les autres font une série de vidéo et de photos sur une autre ligne sympathique

La fin de la matinée approche, il est l’heure pour notre groupe de se séparer, mais avant, un dernier petit drop pour la route, histoire de conclure en beauté :

Je peut vous dire une chose, ca passe beaucoup mieux en SX trail qu’en Hardtail !

On remonte sur le parking, fred et moi prenons la direction du mac do tandis que les autres rentrent « at home », a la prochaine les gars, ce fut bien sympathique !

Le ventre bine rempli par un mac do bien gras, on se dirige maintenant vers Liausson a la recherche de quelque chose a rider, Fred avait repéré un single via google map, on se met donc sa recherche, après plusieurs tentative, on passe par un gros GR qui monte, on redescend un peu et la, merveille de merveille on trouve un spot de gros Freeride avec des passerelle en bois et des bosse shappée dasn de la terre sableuse, un vrai régal a rider !

On empreinte ensuite un single qui monte en haut des montagne qui surplombe Liausson, on monte pendant 20 minutes environ, mais le single deviens pire a chaque mètres parcouru, si bien qu’il faut parfois porter le bike en descendant (et pourtant, on ne s’avoue pas facilement vaincu en DH) tellement les ornières sont profondes et étroites, bref on y perd pas mal de temps, mais en haut les paysages sont terribles !

On retourne rider sur le spot découvert puis c’est l’heure de rentrer a la maison !

Bref, ecore une super journée passée avec le plus con (dans le bon sens, si si je vous assure, sa existe) des rider, des rencontres bien sympathiques le matin et des belles images en têtes, a la prochaine !

Voila le lien de la vidéo faite par un membre de Vtt34 que je remercie au passage ainsi que le photographe : http://www.zapiks.fr/un-matin-dans-les-ruffes-1.html

Freeride au Pays de la terre rouge !

6 décembre 2009

Le 05/12/2009

8h30 : Tudut, tudut réveil oblige, on ouvre les volets, le soleil est a peu près la, il fait froid et il n’y as pas de vent, What else ?

Petit dej’ light composé de pain, de nutella et de Coca, douche rapide, remplissage des bouteilles d’eau, rassemblement des outils, check du spad, tout est ok, c’est niquel. Fred passe me chercher, on charge le Qbikes a coté de l’Absolut CG dans la clio racing et c’est partit pour une folle journée !

10h00 : Arrêt sur une petite piste de descente du coin, histoire de s’échauffer, on fait une reco pour Fred et une deuxième histoire de tout passer niquel !

Ensuite direction Gignac et arrêt a intermarché pour acheter de l’eau, de la Red bull,  des chips (gout barbecue mais sa, vous le savez déjà), du Coca et des Sandwichs histoire d’avoir des forces pour la journée !

Vers midi, terres rouges en vues, on se gare, on monte les vélo, on mets les protecs, Fred embarque l’appareil photos et c’est PARTIT !

En descendant vers le spot, on croise Jean (rédacteur de planète libre) et moquette (un des membres de l’assoc ridekore) qui on roulés le matin, ce sera pour une prochaine fois les gars !

On arrive sur les premières lignes pour s’échauffer (nombreux gap, transferts …) puis je me dirige vers le drop que je n’avais pas oser faire la dernière fois, je le regarde, je me concentre, je prend de l’élan … et sa passe ! Nouveau record personnel sur ce drop de 2 mètres 70 et Fred a la photo dans la boite !

Ensuite, Christophe arrive avec son Norco DH team et son nouveau casque THE en carbone de toute beauté ! On se dirige alors vers le deuxième coin connu des Ruffes (celui avec le petit Dôme en pierres plates), on roule un peu, mais les lignes sont toutes ouvertes, on veut quelque chose de plus … FREERIDE !

En cherchant un nouveau coin, Cris repère un drop de 4 mètres et décide de se lancer dessus, il le passe comme une fleur :

On trouve quelques beaux passages a ouvrir, comme l’enchainement de 3 drops assez techniques, la sensation de créer et de rouler sa propre ligne est vraiment sympa, y a pas a dire, le Freeride, c’est vraiment top.  On tâte un drop de 2 mètres avec reception dans le fouillis, après 2 passages, c’est dans la boite.

Il est pas loin de 16h00, le jour commence a tomber, on décide alors de se déplacer vers le dernier endroit connu, que j’avais visité il y a longtemps et qui m’avait bien plus, il a plusieurs possibilitées de gaps ainsi qu’un transfert assez gros. Sur le chemin, on découvre deux autres lignes de 2 et 3 drops avec des passages raides et bien sympa, le pied pour un rideur lambda ! Les Ruffes offrent vraiment des tas de possibilitées et le nombre de passages a découvrir est hallucinant !

On se retrouve tout les 3 sur le dernier spot, Fred fait chauffer le Reflex, on fait quelques passages. Tout s’enchaine sans trop forcer et avec pas mal de fluidité, c’est un bon plan pour exploiter nos dernières forces. Enfin, le soleil met fin a la journée, il est temps de rejoindre les voitures.

17h00 : On est sur le parking, on démonte les vélos, on enlève les protec, on discute, on mange, on regarde les photos et on se quitte sur une journée totalement démente avec des bon délires et du Freeride comme on aime, a refaire de toute urgence !

Autres photos de la journée :

Sortie Freeride

16 novembre 2009

Samedi 14/11/2009.

8h30 : Le réveil sonne, je me lève avec « The cat empire-Two shoes » dans les oreilles , la journée commence bien. Un petit dej’ bref, préparation du matos et j’embarque avec Fred qui viens tout droit de Béziers dans sa Clio Racing qui nous a déjà emmener dans pas mal de spots.

Direction le Parc Régional du haut languedoc, on roule au rythme de Fred (pas besoin de vous faire un dessin) et au passage, on croise un joli Citröen Picasso bleu clair tout neuf, sur le toit et bien amoché, entre Clermont et Bédarieux. Arrêt obligé, on s’arrête a Hyper U histoire de prendre quelques broutilles de première nécessité (Chips barbecue, Carambar, Red Bull, Coca cola) et on repart vers notre objectif : Saint Nazère de Ladarez (près de Vieussan) !

Après quelques détour, nous arrivons, le soleil se pointe et notre motivation gonfle, c’est partit pour 2 heures de grimpette a pied, au début c’est dur, mais finalement, c’est pas si désagréable que sa !

Arrivé au sommet, on est content, pause de 10 minutes, on prépare les vélos, quelques photos, une Red Bull et c’est partit pour une descente mêlant plaque d’ardoises, terre meuble, longue ligne droites et gros caillou, le tout pendant 25 minutes.

Quand on arrive en bas, c’est le sourire jusqu’au oreilles (pas étonnant après une telle descente) que l’on regagne la Clio, direction le Mac Do !

Après être passer au Mac Drive, On prend la route direction Combes, connaissant quelques jeunes du club de 4x, on a décider de se rencontrer pour voir a quoi ressemble la piste de 4x et les pistes DH-Freeride du coin !

Le premier point positif, c »est l’accueil sympathique de tous les membres du club présent et la qualité du shappage des pistes ! On test le 4x, on regarde, on essaye, ils roulent vraiment fort ces types la !

Ensuite, On nous amène dans un endroit vraiment magique, une foret très sombre au milieu de grand sapin, la terre est la meilleures que j’ai jamais vu (meuble, fraiche …), les drops sont bien fait, quasiment tout passe sans forcer, même en hardtail, je m’étonne moi même de la facilité des drop-transfert-step up qui sont pourtant assez conséquents… Une fois ce spot épluché, on va finir cette journée sur la piste qui nous ramène a Lamalou, bien sympathique, dans de la bonne terre meuble !

On s’arrête quand même sur le dernier Road Gap de la piste (a vu d’œil, le truc faisais 2 mètres de haut, pour au moins 5 mètres de long), tout les riders du club le passe bien, ils ont vraiment un niveau a en faire pâlir plus d’un !

On les remercie tous, et c’est malheuresement l’heure de rentrer, après une journée, bien remplie !